Habitat sain

Posted by on Mar 10, 2013 in Habitat sain, Tous les articles | 0 comments

Habitat sain

Nos habitats ont pour fonction première de nous protéger, mais notre mode de vie a subi une telle évolution, qu’aujourd’hui ils peuvent devenir une source de pollutions et de nuisances et nous exposer à différents risques néfastes à la santé.

La plupart des personnes passe 90% de leur temps
dans des espaces clos, pollués et mal ventilés.
Ce qui engendre des effets sur le confort et la santé.

« Les mauvaises conditions d’habitat augmentent la prévalence de l’asthme, des allergies respiratoires et de la peau, et des autres maladies pulmonaires. L’habitat est étroitement associé aux accidents domestiques, aux blessures, aux souffrances psychologiques et sociales, telles que dépression, isolement, anxiété et peurs des agressions. Le stress lié au bruit, l’exposition aux toxines, au plomb, à l’amiante ou au monoxyde de carbone peuvent avoir des impacts très sévères sur la santé. » Source: Habitat et Santé. OMS Europe. 2004.

L’être humain est le plus grand filtre anti-pollution…

Préconisation: Aération quotidienne maximum

Chaque jour, l’appareil respiratoire de l’être humain doit filtrer plus de 2 bonnes cuillères à soupe de particules (poussières, pollen, moisissures, goudron, fumée…) contenues dans les 18000 litres d’air absorbé, surtout dans les centres urbains où la pollution est la plus forte.

Le choix de notre lieu de vie correspond à nos besoins profonds. Il doit nous alimenter positivement et contribuer ainsi à notre bien être. Il y a 2500 ans Hippocrate affirmait déjà : « Pour approfondir la médecine, il faut considérer d’abord les saisons, connaître la qualité des eaux, des vents, étudier les divers états du sol et le genre de vie des habitants »

« L’environnement participe à une meilleure santé »
En prendre conscience est le premier pas vers le bien être.
(Ne se substitue pas à un avis médical)

Vous avez dit repos ?

Un adulte dort environ 8h par nuit.

Le sommeil représente un tiers de la durée de notre vie à l’intérieur de nos habitats. Ce laps de temps correspond à une durée d’exposition statique en état de vulnérabilité par rapport aux éventuelles nuisances.

chaton
ours

 

Du plus petit au plus fort, l’état de relâchement physique et psychique dû au sommeil, nous rend tous vulnérables. C’est pourquoi, nous chercherons à évaluer les différents niveaux de conforts, la qualité de l’air et également les perturbations électromagnétiques afin que notre habitat reste favorable à notre santé et principalement dans les lieux de repos.


 

Votre avis est bienvenu...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *