Danger des ampoules basse consommation

Posted by on Jan 8, 2015 in Habitat sain, Tous les articles | 0 comments

Danger des ampoules basse consommation

Fin 2012, les ampoules à incandescence devaient disparaître au profit d’ampoules fluocompactes à basse consommation dans le but de faire des économies d’énergie. En théorie la facture devait être divisée par 9 puisque une fluocompacte de 11 watts est équivalente à une incandescence de 100 watts. Alléchant…!  Mais quel est le prix de ce passage obligé pour notre confort et notre santé…?

  • L’utilisateur remarquera immédiatement la qualité médiocre de la lumière diffusée par une fluocompacte. Malgré les efforts pour proposer des « effets jour » ou « couleurs chaudes », la lumière diffusée manque de chaleur et reste pour le moins désagréable dans les pièces à vivre.
  • L’éclairement n’est pas instantané mais progressif. Ces ampoules sont faites pour rester allumées et ne conviennent donc pas aux lieux de passage. Vous êtes déjà au bout du couloir avant d’avoir pu bénéficier de la pleine lumière et donc de l’économie d’énergie…
  • Leur fonctionnement est à base de vapeur de mercure, ce qui peut se révéler extrêmement toxique en cas de casse de l’ampoule. Si cela arrive, il est recommandé de se protéger des émissions de gaz et de ne pas jeter les débris à la poubelle. Le recyclage est obligatoire. Il est à noter, selon le site « consoglobe.com« , que les teneurs en mercure seraient plus élevées en cas de bris d’une ampoule en fonctionnement qu’en cas de bris d’une ampoule froide. Le mercure est indispensable au fonctionnement des ampoules fluocompactes mais selon la fabrication, la quantité peut être inférieure au seuil limite de 5 mg par ampoule. Vous pouvez choisir les ampoules fluocompactes « basse mercurisation », soit moins de 2 mg, proposées par certains fabricants.
  • Les lampes fluocompactes émettent des ultra-violets invisibles par ionisation de la vapeur de mercure. Selon le site « controverselfc.wordpress.com » même si leur quantité ne pose aucun problème à la plupart des gens, les personnes souffrant de maladies dermatologiques spécifiques peuvent y être sensibles.
  • Lorsqu’on approche l’oreille, on perçoit un léger sifflement qui peut s’avérer désagréable à faible distance notamment pour les lampes de chevet ou de bureau. Par ailleurs chaque lampe fluocompacte contient un circuit électronique et un transformateur, et émet des rayonnements électromagnétiques. Nous rappelons ici pour mémoire les effets perturbateurs des champs électromagnétiques sur le sommeil, la concentration et la mémoire. Il est donc recommandé de respecter une distance de précaution d’environ 2 mètres. Les porteurs de pacemaker doivent également faire attention à d’éventuelles perturbations électroniques.

« A l’instar de la téléphonie mobile (téléphones portables, antennes-relais, wifi, wimax …), qui est émettrice de micro-ondes (hyperfréquences) pulsées en extrêmement basses fréquences (c’est à dire une porteuse micro-ondes émettant par pulsations des extrêmement basses fréquences), les lampes fluocompactes appelées aussi « basse consommation » émettent de très forts rayonnements électromagnétiques basses fréquences, qui affectent également les personnes électro hypersensibles (EHS). Elles devraient être adaptées pour rayonner environ 100 fois moins afin de ne pas affecter la santé des utilisateurs. » Extrait du site: « Robin des Toits« .


danger_ampoules_basses_conso_Fr3_tf1_20081208-09 par papachou95

Vidéo des Journaux Télévisés de FR3 (nuit) du 08/12/2008 et de TF1 du 09/12/208 (13h) avec Pierre Le Ruz : mesure des champs électromagnétiques émis par les ampoules fluocompactes (basse consommation).


Votre avis est bienvenu...

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *