Pensée chinoise

La Fête du Printemps, us et coutumes du Nouvel an Chinois

Posted by on Fév 15, 2018 in Pensée chinoise, Tous les articles | 0 comments

La Fête du Printemps, us et coutumes du Nouvel an Chinois

Les chinois ont un « premier janvier » mobile, parce qu’ils marquent le début de l’année sur un calendrier lunaire. Et ce n’est pas le début de l’année qu’ils fêtent mais le renouveau printanier, le début de la montée de la sève qui fera éclore les bourgeons aux alentours de l’équinoxe. Cyrile J-D Javary, sinologue de terrain et auteur de nombreux livres sur la culture chinoise, présente lors d’une conférence à la Bibliothèque Nationale de France, l’origine des coutumes populaires liées à cette fête millénaire aujourd’hui intégrée à notre calendrier. Elle est retranscrite ici avec son aimable autorisation dans le but de la partager avec le plus grand nombre. Vous pouvez télécharger la version Pdf de cet article en bas de page.   La Fête du printemps… « chún jié« , est une des plus importante et des plus ancienne de la Chine. Elle marque le début de la nouvelle année, c’est-à-dire pour les Chinois, le début du temps yin d’accumulation souterraine, qui permettra la mise en marche du processus qui fera éclore aux alentours du 21 mars la phase yang, extérieure, visible, du mouvement printanier. Le premier jour du printemps est déterminé par l’apparition de la seconde nouvelle lune après le solstice d’hiver. C’est-à-dire au plus tôt le 18 janvier (21 décembre + 28 jours) et au plus tard le 15 février (21 décembre + 2 fois 28 jours). La graphie du caractère « printemps » (ci-dessus) représente le moment où les jeunes pousses apparaissent avec le retour du soleil après l’hiver… Origine du Nouvel an… Dans les temps les plus reculés, il existait un animal féroce qui s’appelait nián shòu et une fois par hiver, il descendait des montagnes, sortait des bois et s’approchait des villages dévorant les bêtes et les gens sur son passage. Et comme son nom ressemble au mot année nián, il fut associé au festivité du nouvel an. Les années passant, la population a fini par connaitre ses points faibles… Le soir venu, la Bête craignait la lumière, le bruit, la couleur rouge. Alors, la résistance s’organisa : chaque année à l’approche du jour fatidique, les villageois accrochaient des chiffons rouges aux portes, barricadaient bêtes et gens à l’intérieur et n’osant pas s’endormir, mangeaient dans de nouveaux plats en faisant du bruit à l’aide de casseroles pour effrayer la Bête… C’est l’origine du Nouvel an ! Préparatifs… Il y a plein de choses à faire avant le nouvel an et notamment quelque chose de très important: Souhaiter une bonne route au seigneur du fourneau, le protecteur de la famille qui le 23ème jour du calendrier lunaire, doit se rendre à la cour céleste pour faire son rapport à l’Empereur Jaune. Alors pour éviter qu’il dise des choses désagréables sur ce qui s’est passé dans la famille, on lui dispose des offrandes pour son voyage, de l’avoine pour son cheval et surtout on enduit sa bouche de miel. Il faut également commencer à faire la pate de riz glutineux avec laquelle on prépare le « nián gāo » incontournable gâteau du Nouvel an, faire les courses pour le repas à l’occasion de la grande réunion familiale, nettoyer la maison du sol au plafond, payer ses dettes de l’année, et pour les messieurs il faut aller chez le coiffeur ! Pour accueillir l’année qui vient, on décore ses fenêtres avec des papiers découpés portant le caractère fú, signifiant chance, bonheur, prospérité. Mais il faut le coller d’une manière spéciale, pas comme le font la plupart des gens… il faut le coller à l’envers ! La tête en bas, les pieds en l’air ! …Mais pourquoi ? Pour une raison qui tient à la particularité de la langue chinoise, l’évocation...

Read More

Le Calendrier Chinois

Posted by on Sep 5, 2017 in Conférences, Pensée chinoise, Stratégie temporelle, Tous les articles | 0 comments

Le Calendrier Chinois

Principe parfait entre Ciel et terre, le Calendrier Chinois va illustrer le désir des hommes de réaliser une harmonie durable avec le ciel par la libre circulation des « souffles » sur terre. Il est utilisé depuis des millénaires… mais sur quelles bases repose-t-il ?  Le nombre de signes est identique au zodiaque que nous connaissons mais les signes et leur périodes diffèrent… Comment les signes astrologiques Chinois sont-ils liés aux énergies des 5 « éléments » : Bois, Feu, Terre, Métal, Eau… et comment donnent-ils à chaque jour, et presque à chaque instant, ses particularités énergétiques ?… Quel est cet axe invisible véritable clé de l’organisation spatio-temporelle chinoise ?… >>> Découvrez au fil de cette étude comment le calendrier, outre ses fonctions bureaucratiques et rituelles, va revêtir en Chine un  caractère régulateur et prévisionnel… donnant naissance aux arts de positionnement tels que nous les connaissons aujourd’hui. La prochaine conférence aura lieu le vendredi 23 février 2018 à Lausanne. Renseignements & inscriptions: janae@orange.fr Un extrait de la conférence animée par Fabienne Grenier…  Erratum à 2:30…petite erreur certainement due au stress… Le signe du Coq est Métal mais 2017 est bien l’année du Coq de Feu ! >>> Voir l’intégralité de la conférence sur le site d’Epistemea. « L’être humain se modèle sur la terre la terre sur le ciel le ciel sur la voie et la voie demeure naturelle. » Lao tseu – Tao te king...

Read More

L’efficacité selon la pensée chinoise…

Posted by on Fév 17, 2017 in Pensée chinoise, Stratégie temporelle, Tous les articles | 0 comments

L’efficacité selon la pensée chinoise…

« A travers le prisme de la pensée chinoise, François Jullien, philosophe et sinologue, professeur à l’université de Paris-Diderot, nous aide à repenser la notion d’efficacité – de l’entreprise notamment – d’une manière autre que celle qui a prévalu en Occident. L’efficacité y est plutôt basée sur la transformation de la situation par les ressources que l’on y trouve, qui permettront de rendre la situation favorable. L’Europe n’a plus l’hégémonie du sens; raviver le dialogue des cultures permet d’ouvrir l’éventail de l’humain ». [Entretien réalisé par Dominique Huret – octobre 2011] « La grande idée chinoise est que je n’engage le combat que quand j’ai déjà gagné. » Ce que François Jullien dit est tellement raccord avec le mode de stratégie temporelle que nous préconisons que je ne résiste pas à en partager avec vous un extrait : « Ce que la Chine nous apporte ce ne sont pas des leçons à emprunter et copier mais plutôt une réflexion sur nous-même pour envisager comment on peut penser l’efficacité autrement que selon la façon qui a prévalu en occident depuis les grecs. Nous avons appris l’efficacité sur un mode de modélisation et d’application: on fait un plan pour atteindre un certain but, puis on cherche les moyens de mettre en oeuvre ce plan, pour le faire entrer dans la réalité avec ce que cela implique de forçage pour imprimer ce plan, ce modèle, cet idéal, dans la matière résistante. C’est le schéma grec. En Chine, on voit apparaître, dans les traités de stratégie chinoise notamment, une pensée de l’efficacité qui compte beaucoup plus sur la situation, qui détecte les ressources qui y seront favorables pour la faire mûrir et progressivement la transformer de façon a ce qu’elle devienne favorable. C’est la grande leçon de la stratégie chinoise ! Et aujourd’hui il parait important de croiser les deux, non pas renoncer à la conception du plan ou du modèle qui permet de mobiliser les personnes – car tout chef d’entreprise doit créer de l’idéal, donner du but, savoir vers quoi il va – mais en même temps il faut savoir aussi tirer parti de la situation, ou de ce que j’ai appelé en lisant les textes chinois, le potentiel de situation. Pensez que la situation n’est pas quelque chose qui résiste, elle peut être quelque chose qui aide. L’idée chinoise c’est qu’il faut infléchir la situation progressivement de façon à ce qu’elle devienne favorable. La grande idée chinoise est que je n’engage le combat que quand j’ai déjà gagné. C’est à dire quand j’ai déjà le potentiel de la situation de mon côté ou que le différentiel entre l’adversaire et moi est tel, que l’adversaire s’en trouve décontenancé. Cette leçon chinoise est à méditer aujourd’hui… » Et bien je crois que tout est dit ! A voir également… « Orient, Occident, deux façons d’envisager l’efficacité » par François Jullien. [Colloque France-Chine 2007] >>> Modélisation à la grecque ou maturation à la chinoise… Image: Idéogramme « shi »: propension, potentiel de la...

Read More